25/10/2016 – Groenland, Nuuk

Get up, stand up, last day in Nuuk (*Bouge-toi, lève-toi, dernier jour à Nuuk).

Profitons de ces paysages magnifiques. Le réveil se fait en compagnie de Mickey (prononcé « Micky »), le chien des propriétaires de la maison voisine. Mickey est désormais devenu mon ami et s’assoit à côté de moi pendant le décampement.

Le programme de la journée est exclusivement basé sur la balade. Je parcours des quartiers de la ville que je n’avais pas encore eu l’occasion de visiter, notamment la partie sud.

Le soleil est en train de se coucher. Je me dirige hors de la route sur des rochers qui bordent la mer afin de prendre quelques photos du coucher du soleil sur le Groenland. En marchant, je croise un habitant qui promène son chien. Il m’interpelle en me demandant, comme à l’habitude, ce que je fais chargé d’une telle manière. Nous échangeons quelques mots en anglais. Je lui explique mon expérience en camping au Groenland. Je caresse son grand chien et m’adresse à ce dernier en français. C’est alors que mon interlocuteur, agréablement surpris, me répond dans la langue de Molière : « Ah, vous êtes Français ? » Il est Français, comme moi. Nous discutons encore un peu et François le Français m’invite à manger et passer la nuit chez lui. Intéressé par l’accueil, je réponds favorablement. Il me montre sa maison reconnaissable à ses couleurs jaune et noir. Je propose de le rejoindre après avoir pris mes quelques photos et observé le soleil disparaître à l’horizon sur les paysages gelés.

L’heure est venue de rejoindre mon hôte. Je suis très bien accueilli. Après avoir déposé tout mon matériel dans un coin du salon, nous buvons un premier thé, puis un deuxième en discutant de moi, de lui. Il s’appelle Jean-François Pages et il habite depuis 34 ans au Groenland.

Tout a débuté lorsqu’ il était jeune. Un ami à lui travaillait comme cuisinier au Groenland pour un des rares hôtels-restaurants de la capitale Nuuk. Cet hôtel-restaurant appartenait à une vieille Française qui accordait une importance particulière à la cuisine proposée à ses clients. Les cuisiniers étaient donc engagés en France. L’ami de François lui proposa alors de le rejoindre au Groenland pour travailler en cuisine durant l’Été. François accepta et resta alors 3 mois, 6 mois, 1 an, 2, 3 et enfin 34 ans.

On me prépare un bon repas chaud. Nous passons la soirée à discuter de la vie locale, du coût de la vie, des habitudes locales et d’anecdotes diverses et variées. Nous regardons ensuite un film français sur Netflix : Gibraltar. Cette soirée me donne l’occasion de visiter de l’intérieur une maison groenlandaise. La maison de François est commune et finalement semblable à celles que l’on peut avoir en France. Toutefois, les toilettes sont des toilettes sèches. Les murs du salon sont couverts du sol au plafond de DVDs en langue française (grands classiques, Belmondos, etc.).

Il est tard. Je me couche sur le canapé dans mon duvet trop chaud pour dormir à l’intérieur d’une maison mais très bien pour se réchauffer de ces quelques nuits de camping au Groenland.

Laisser un commentaire